• accompagnement VAE
  • VAE en distanciel
  • Bilan de compétences en présentiel (Pau et Oloron Sainte Marie) et distanciel
  • Coaching en bien être (présentiel/distanciel)
  • psychothérapie

LA VAE ET SON ACCOMPAGNEMENT

Avant de se lancer dans une démarche de VAE, et quel que soit son choix, le candidat doit savoir que ce projet lui demandera un réel investissement personnel.

La loi du 5 mars 2014 consacre la pratique, en introduisant dans le Code du travail, un chapitre sur l’accompagnement à la validation des acquis de l’expérience.

Le décret d’application prévoit que l’accompagnement à la VAE peut comprendre :

  • un module de base composé d’une aide méthodologique à la description des activités et de l’expérience du candidat correspondant au référentiel de la certification visée, à la formalisation de son dossier de validation, à la préparation de l’entretien avec le jury et le cas échéant, à la mise en situation professionnelle ;
  • en lien avec les organismes intervenant dans le cadre du service public de l’orientation, une assistance à l’orientation et à la recherche de financement pour la prise en charge d’une formation complémentaire correspondant aux formations obligatoires requises par le référentiel de la certification visée ou d’une formation complémentaire visant l’acquisition d’un bloc de compétences manquant dans le parcours du candidat et correspondant à une partie identifiée dans le référentiel de la certification visée.

L’organisme en charge de l’accompagnement doit informer le candidat sur les conditions d’accueil, les modalités et méthodes utilisées et sur la formation et la qualification des accompagnateurs (décret n° 2014-1354 du 12 novembre 2014).

La loi travail du 8 août 2016 veut inciter les branches à améliorer cet accompagnement. Dans cette optique, un accord de branche peut à présent prévoir et financer un accompagnement renforcé pour des publics déterminés.

Deux possibilités s’offrent au candidat pour réaliser son projet de VAE :

  • Se faire accompagner par un professionnel de la VAE,
  • ou se préparer seul.

1 - Les objectifs de l’accompagnement :

Une aide facultative mais souvent indispensable

L’accompagnement est une aide méthodologique proposée au candidat à la VAE pour constituer son dossier auprès du certificateur, pour préparer l’entretien avec le jury et, éventuellement, la mise en situation professionnelle. La loi ne prévoit aucune obligation, pour le candidat, en la matière. C’est une mesure facultative qui offre au candidat des chances supplémentaires d’aller jusqu’au bout de sa démarche.

Consultez la fiche outil : L’accompagnement en VAE : quelques repères méthodologiques
Consultez la fiche outil : L’étape post-Jury VAE

2 - Les modalités d’accompagnement

Les modalités de réalisation de l’accompagnement peuvent être déterminées par l’organisme certificateur (ministères, organismes publics et privés délivrant des certifications).

Certains ministères certificateurs ont fixé, par voie de circulaire ou d’instruction, les principes de l’accompagnement pour leurs certifications. Ces textes ne s’appliquent qu’aux organismes accompagnateurs relevant de leur autorité (Dava, Afpa, Draaf, DRJSCS...).

Par ailleurs, les ministères certificateurs se sont engagés dans une charte afin de garantir une même qualité d’accompagnement sur l’ensemble du territoire.

Cette charte définit l’accompagnement en six étapes :

  • une réflexion approfondie permettant de resituer la demande de certification dans le projet professionnel et personnel du candidat ;
  • un retour sur le parcours du candidat : il lui est demandé de faire un inventaire de ses expériences salariées, non salariées et bénévoles. Il choisit avec l’accompagnateur celles qui sont les plus pertinentes par rapport au référentiel du diplôme ou du titre visé ;
  • un entretien d’analyse descriptive des activités du candidat : les questions de l’accompagnateur permettent de décrire et expliciter, avec une précision suffisante, le contexte de ses activités et des procédures qu’il a mises en œuvre ;
  • une assistance à la description écrite des activités du candidat : celui-ci présente par écrit dans son dossier les activités qu’il a décrites oralement. A ce stade, les questions et les remarques de l’accompagnateur lui permettent d’atteindre le degré de précision attendu par le jury de validation. Cette étape peut aussi s’effectuer à distance.
  • une préparation de l’entretien avec le jury : l’accompagnateur expose clairement le déroulement du jury et le type de questions qui pourront être posées au candidat au regard de son expérience. Il le prépare à la présentation orale et au développement de certains points de son expérience ;
  • et/ou, le cas échéant, une préparation à une mise en situation professionnelle : l’accompagnateur présente au candidat les conditions de cette mise en situation professionnelle notamment les moyens matériels qui seront mis à sa disposition ainsi que les critères d’évaluation.

3 - La durée d’un accompagnement

En moyenne, entre 10 et 40 heures. Elle peut être modulée en fonction :

  • des besoins spécifiques du candidat (repérage des compétences, aide à la rédaction, préparation à l’entretien...),
  • du statut du candidat (salarié, demandeur d’emploi...),
  • du niveau du diplôme visé,
  • de la prise en charge financière.

4 - Les méthodes d’accompagnement

Il peut s’agir d’entretiens individualisés, en présentiel ou par téléphone, de travaux en petits groupes, d’accompagnement à distance via une plate-forme collaborative...

Les évolutions des méthodes d’accompagnement :
Synthèse d’une enquête réalisée fin 2012, par Centre Inffo

Le suivi individuel est privilégié. De plus en plus, un accompagnement mixte est proposé : collectif/individuel, en face à face/à distance, référent administratif/expert métier.

5 - Le coût de l’accompagnement

Le coût est variable selon les organismes accompagnateurs choisis, le niveau de la certification visée, les besoins du candidat et les méthodes choisies.

Cela peut aller de la gratuité jusqu’à 3000 euros en fonction :

  • du certificateur (ministères, chambres consulaires, branches professionnelles, grandes écoles, prestataires privés...),
  • du statut du candidat (à titre individuel, salarié, demandeur d’emploi...),
  • de la durée de la prestation (forfait ou à l’heure),
  • du niveau et de la nature de la certification visée,
  • des modalités d’accompagnement choisies (en présentiel ou à distance, individuel ou collectif...),
  • du niveau de la prise en charge financière (Opco, entreprise, Pôle Emploi...). Depuis la loi travail du 8 août 2016, un accord de branche peut prévoir et financer un accompagnement renforcé pour des publics déterminés.

Quelles sont les possibilités de prise en charge financière pour l’accompagnement ?

* financement personnel

* CPF

OPCO

* Pole emploi 

Evoluvaeprojet vous propose de vous aider à trouver un financement adapté à votre situation

L'action de formation en situation de travail (AFEST)

08/09/2022

 

La réforme de la formation a simplifié la définition de l'action de formation pour notamment permettre le financement de nouvelles formes d'acquisition des compétences, principalement dans le cadre de la formation à distance, mais aussi de formations en situation de travail.

Ces dernières d'abord expérimentées par quelques branches sont désormais encadrées par l'article D. 6313-3-2 du code du travail. 

Les formations en situation de travail sont appelées à se développer tant pour les salariés d'entreprises que pour des demandeurs d'emploi.
La Région Nouvelle-Aquitaine a retenu des lauréats suite à un appel à projets (voir ci-dessous).

Lancée par la DGEFP en 2015, l’expérimentation AFEST s’adresse en priorité aux employeurs de TPE-PME et à leurs salariés. Depuis fin 2016, 11 OPCA ont expérimenté les AFEST dans le cadre de 20 projets et au sein d’environ 50 entreprises. Un rapport publié en juillet 2018 dresse un bilan positif des effets de ces formations et les pièges à éviter pour les réussir.

Il évoque :

  • Les éléments et documents repérés susceptibles de servir de preuves
  • La répartition des rôles et de la charge formative lors de la phase d'ingénierie
  • Le ciblage des compétences visées et l’analyse de la faisabilité ; cette dernière passant par la possibilité d’aménagements organisationnels et managériaux et aussi par la disponibilité des ressources internes et leur capacité à endosser une mission de formation en situation de travail
  • La formalisation pour garantir de bon fonctionnement du dispositif
  • les effets directs et indirects de l'AFEST.

Voir aussi la vidéo du séminaire d’appropriation d'octobre 2018.

Etudiée par les chercheurs Pierre Pastré et Patrick Mayen, promoteurs de la didactique professionnelle, (lire le numéro 216 d’Education permanente) l'AFEST prend en compte la réalité du métier, et de l’environnement car elle tire parti de véritables situations vécues en entreprise, inhérentes aux métiers, à l'exclusion d'éléments théoriques qui seraient étrangers à l’activité.

Elle se différencie de l'alternance qui dissocie formation théorique et mise en application pratique des enseignements. Il s'agit d'acquérir de la compétences en situation de travail et d'enregistrer ses acquis, tout en adaptant le processus d'apprentissage au vu de la progression du bénéficiaire.

Elle repose sur la constitution d’un binôme : un référent expérimenté et un apprenant.

Elle doit distinguer deux temps : une mise en situation de travail, préparée, organisée et accompagnée et un temps réflexif pour analyser l’action et asseoir les apprentissages. Le dispositif peut aussi interroger le droit à l'erreur durant la période d'apprentissage, lié à la necessité de formaliser, voire contractualiser, ce temps de formation particulier.

L'AFEST suppose une analyse préalable de l’activité de travail pour l’adapter à des fins pédagogiques. La nouvelle réglementation prévoit un formateur exerçant des fonctions tutorales et des évaluations spécifiques des acquis de la formation : pour rendre compte des écarts entre l’attendu et le réalisé de chaque mise en situation.

Ainsi, loin de l’approche descendante, formelle et scolaire de certaines formations, elle est généralement plus porteuse de sens pour l’apprenant, car sont pris en compte deux points de vue : celui de l’apprenant et celui des employeurs. Elle permet de rapprocher les apprenants éloignés des dispositifs de formation dits « classiques », et ainsi leur permettre le développement de compétences en donnant du sens aux apprentissages. 

D'abord dédiée aux très petites entreprises, cette démarche a été adoptée par de grosses entreprises telles que Enedis ; ou bien le secteur de l’aide à domicile, souffrant d’un déficit d’image.

Une certification a été créée en 2016 et enregistrée au répertoire spécifique :

Le réseau Anact-Aract publie en novembre 2019 « 10 questions sur » les Afest et propose des pistes et méthodes pour les conduire efficacement et soutenir leurs bénéfices indirects en matière de conditions de travail.

L'article D. 6313-3-2 du code du travail définit l'action de formation comme un parcours pédagogique permettant d'atteindre un objectif professionnel. (...) La mise en œuvre d'une action de formation en situation de travail doit comprendre : 

  • L'analyse de l'activité de travail pour, le cas échéant, l'adapter à des fins pédagogiques ;
  • La désignation préalable d'un formateur pouvant exercer une fonction tutorale ;
  • La mise en place de phases réflexives, distinctes des mises en situation de travail et destinées à utiliser à des fins pédagogiques les enseignements tirés de la situation de travail, qui permettent d'observer et d'analyser les écarts entre les attendus, les réalisations et les acquis de chaque mise en situation afin de consolider et d'expliciter les apprentissages ;
  • Des évaluations spécifiques des acquis de la formation qui jalonnent ou concluent l'action.

 

Pour evoluvaeprojet, un formateur est spécialisé dans l'accompagnement des entreprises et des candidats dans l'accompagnement AFEST

VAE Proposee ET ELIGIBLE CPF 2
PowerPoint – 4,0 MB 152 téléchargements

VAE : informations et prix

 

Notre Accompagnement VAE :

Nous vous accompagnons dans toute votre formation VAE : étude de faisabilité,  élaboration du livret 1 en vu d'obtenir la notification de recevabilité (si vous ne l'obtenez pas, vous ne paierez pas votre formation), élaboration du livret 2 et entrainement aux oraux blancs

 

 

VAE Proposee ET ELIGIBLE CPF 1
PowerPoint – 4,0 MB 258 téléchargements

Prix (éligible cpf, OPCO, Pôle Emploi) :

Vous trouverez ci joint un power point avec les formations proposées en vae et le prix.

 

Nous avons étoffé notre équipe. Aussi, nous pouvons vous accompagner également dans les formations de la petite enfance.

N'hésitez pas  à nous envoyer un message, pour des renseignements ou un devis gratuit.